De la pratique nait l’excellence : nos séniors totalisent 117 ans d’expérience en quantification, modélisation et traitement des odeurs

Station de traitement des eaux usées

Urbanisation et station de traitement des eaux usées font rarement version-anglais-(press)bon ménage

 

Par Yann H. Contratto, Expert odeur sénior, Président de OlfactoExpert inc et fondateur de OlfactoNetwork.

Article du Magazine Source, Été 2014 – Volume 01, n1

En Amérique du nord, le nombre de procès et de recours collectifs associés aux nuisances olfactives triple tous les deux ans. Il est certainement temps pour les services d’urbanisme municipaux de considérer les critères olfactifs dans leurs plans de zonage.

______

Qu’elles soient à vocations municipales ou industrielles, qu’elle permettent de gérer plusieurs dizaine de milliers de chasse d’eau de résidents ou les résidus liquides d’usines agroalimentaires, les stations de traitement des eaux usées subissent de multiples impacts de l’urbanisation intervenue ces dernières décennies. La diminution des distances séparatrices entre stations et résidents couplée à la hausse des charges à traiter, constituent deux des principaux facteurs associés à l’augmentation des plaintes de nuisances olfactives, qui devient un défi parfois insolvable pour les gestionnaires des stations de traitements.

Pour certaines station de traitement, l'adaptation est nécessaire pour permettre l'évaluation adaptée des conditions de rejets

Pour certaines station de traitement, l’adaptation est nécessaire pour permettre l’évaluation adaptée des conditions de rejets

Diminution des zones tampons

Lorsque l’occupation du territoire municipal se densifie, il est fréquent d’assister au changement de zonage de certaines espaces tampons initialement prévus à proximité de stations de traitements des eaux usées. Lorsque la pression démographique est très forte, il arrive même que l’occupation de ces espaces soit saturée jusqu’aux clôtures.

Malheureusement, ces bandes de terrain accueillent rarement des cimetières ; on assiste le plus souvent à des implantations de condominiums, parfois luxueux, mais également d’hôpitaux, d’écoles et autres infrastructures sportives : des lieux fréquentés par un large public de façon quotidienne. Ces nouvelles proximités entraînent quasi-systématiquement une prolifération du nombre de plaintes d’odeurs et un certain découragement de la part des gestionnaires d’eaux usées.

Facteurs de tension sociale

Dans de nombreux cas, la tension sociale qui s’exerce alors peut atteindre de véritables sommets et ce pour plusieurs raisons : tout d’abord un refus catégorique des nouveaux résidents qui souhaitent pleinement profiter de l’inauguration de leurs quartiers. Également il faut l’avouer, une sensibilité croissante et généralisée de notre société qui ne tolère plus aucun écart olfactif, tant en concentration qu’en qualité odorante (connaissez-vous beaucoup de gens qui n’utilisent pas de déodorants ?).

Mais ces familles sont également intolérantes car elles ne possèdent aucun lien émotionnel, historique ou économique avec les stations : personne n’y travaille et personne ne connait l’importance revêtue par l’activité environnementale qui se joue là, qu’il s’agisse d’eaux usées municipales ou d’épurations issues de productions laitières ou de jus de fruits.

Augmentation des charges de traitement et imputabilité

Bien que les services d’urbanisme puissent avoir une large part de responsabilité dans de tels cas de figure, ils ne sont pas légalement imputables sur ces questions de zonages. Ils ne sont pas non plus les seuls à blâmer : beaucoup d’usines ont été dimensionnées entre 1960 et 1990 et dans de nombreux cas l’estimation de l’augmentation de la population ne couvrait que 50% additionnel. Aussi, lorsqu’une station de traitement se retrouve après 20 ans d’exploitation immédiatement entourée de blocs appartement et que la charge à traiter est supérieure de 250%, les plaintes d’odeurs ne constituent pas une surprise. Il semble par contre injuste d’adresser les reproches aux gestionnaires des stations !

Premiers secours olfactifs

Dans quelques cas, il est envisageable de diminuer temporairement les nuisances olfactives par l’utilisation de produits neutralisants d’odeurs, attention toutefois à ne pas confondre ces produits avec les masquants qui augmentent les odeurs et peuvent empirer les situations en un temps record. Les experts en olfactométrie peuvent venir en aide aux gestionnaires des eaux usées de différentes façons : en certifiant et en optimisant objectivement l’efficacité d’utilisation de différents neutralisants ; par le biais de diagnostics des différentes sources d’odeurs pour hiérarchiser les traitements ; ou encore grâce aux études d’impact odeur qui permettent de dimensionner des solutions parfaitement adaptées aux odeurs émises avant même qu’elles ne soient dispersées dans l’environnement.

Considération politique et conséquences légales de l’attentisme

Si le nombre d’actions légales associées aux odeurs ne cesse d’augmenter, c’est certainement lié au manque d’intégration du paramètre olfactif dans les plan de gestion du territoire. Il est pourtant facile par le biais de différentes études techniques de considérer ce paramètre ‘Odeur’ tout aussi facilement que le bruit et ce en amont de tout changement de zonage municipal. Les taxes et services associées aux nouveaux projets domiciliaires peuvent rapidement être effacées par des recours collectifs qui débutent généralement après une période de 5 à 10 ans de plaintes continues et d’attentisme des autorités.

Quant aux promesses électorales qui proposent la fin de tout épisode olfactif, il faut être très conscient du leurre que représente de tels objectifs ‘zéro odeur’ . De même que les stations d’épuration, de nombreuses activités environnementales ne peuvent pas réduire leurs impacts en deçà d’une certaine fréquence et de certains taux de gravité acceptables. Ne manquez pas notre prochain article qui établira précisément ces caractéristiques.

Pour bien comprendre les écarts entre les produits neutralisants d’odeurs et les masquants, consultez la vidéo ci-dessous :

Pour en apprendre plus concernant les possibilités du domaine de l’olfactométrie et savoir comment préparer une défense légale concernant  un dossier de nuisances olfactives, consultez le vidéo ci-dessous :

_________

Consulter la parution originale de cet article dans le magazine SOURCE de l’été 2014 en cliquant ici.

Poser votre question aux experts en gestion des odeurs : Nous joindre 

read-in-english