Comment faire face aux problématique d’odeur pour apaiser les voisins de sites environnementaux

Agissez comme un bon voisin !

Ou comment faire face aux problématique d’odeur pour apaiser les voisins de sites environnementaux


• Le journal des professionnels de la gestion des déchets solides municipaux (MSW Magazine) États-Unis • Article de Mlle Lori Belle • 5 Septembre 2016 • Traduction de Mlle Emilie Jones •


«Que ce soit pour un site d’enfouissement préparant une défense juridique ou tout simplement un site à vocation environnementale (compostage ou traitement des eaux usées) essayant d’être un bon voisin en réduisant et en contenant leurs odeurs, les consultants d’OlfactoExpert Inc. peuvent vous apporter une aide précieuse.

En premier lieu, un audit odeur préliminaire de vérification est proposé afin de lister toutes les sources d’odeurs. « Nous les étudions une par une», explique Yann H. Contratto, propriétaire du Groupe. «Puis nous recueillons des échantillons provenant de chacune des sources que celles-ci soient surfaciques comme des étangs aérées, des accumulations de lixiviats, des zones de dépôt de déchets frais, ou encore des déchets enfouis depuis différentes durées, des piles de compost, etc. … afin de les analyser. Nous recueillons également toutes les informations permettant de calculer les débits d’émissions ainsi que les flux particuliers ce qui nous permet de comparer entre elles toutes les sources en fonction de leurs émissions. »

L’utilisation de la chambre de flux dynamique permet d’établir les émissions par unité de surface et par unité de temps. Une aide précieuse développée par OlfactoExpert à travers les années. Sur cette photographie, réalisation d’un échantillonnage surfacique sur des déchets frais (front d’enfouissement).

Une fois que les échantillons d’odeurs ont été recueillis et analysés, les équipes vont pouvoir hiérarchiser les sources, analyser une première fois les données, et surtout générer des études d’impact odeur (également appelées «Étude de modélisation de la dispersion atmosphérique des odeurs»), de telles études permettent d’évaluer de très nombreux scénarios d’exploitation, incluant des scénarios d’exploitations futures par exemple. Ces études se traduisent habituellement par des séries de cartographies qui rendent les analyses quantitatives et qualitatives possibles. Connaissant chacune des caractéristiques pour chaque source, il devient facile de les comparer, de les trier et par conséquent de mesurer toute amélioration. Cette étape est véritablement cruciale pour mener une expertise, qu’importe que la vocation soit une aide technique d’amélioration ou une défense légale, c’est le résultat d’une objectivité totalement impartiale et objective.

Une étude d’impact odeur intègre toutes les sources d’odeurs, la topographie du site, et surtout plusieurs années de données métérorologiques incluant les données concernant les vents, le climat, et en utilisant un logiciel de modélisation de la dispersion des odeurs 3D on peut véritablement, soudain, voir et même prévoir l’étendue des dégâts. « On démontre ainsi pourquoi un voisin est plus touché qu’un autre par exemple», explique M. Contratto. «Les séries de mesures aux sources d’émissions nous permettent d’établir les impacts intégrant chacun de tous ces facteurs. »

En véritable passionné, il explique que de telles études sont « parfaitement représentatives de la réalité des émissions et de leurs impacts», et que la simulation source par source permet de déterminer ce qui fonctionne le mieux et surtout ce qui coûte le moins.

 

Validation d’un recouvrement mensuel

Here from leachate

Échantillonnage d’un bassin de lixiviation

Here from waste water treatment process

Traitement des eaux usées

 

 

 

 

 

 

 

 

L’odeur du succès

 

Selon Yann Contratto, 20% des sources sont responsables de plus de 80% des plaintes d’odeurs. « Par ailleurs, les plaintes proviennent souvent de voisins nouvellement installés, et de plus, le nombre de plaintes augmente en été lorsqu’il fait chaud et humide et que les voisins souhaitent garder leurs portes et fenêtres ouvertes. L’important est de bien pouvoir considérer toutes les données locales qui sont importantes: par exemple on pourra proposer différents types de modélisation selon que le site étudié soit en montagne ou proche d’un océan …ou encore lorsque la construction de nouveaux développements résidentiels sont en construction.

Avec l’expérience des années, on apprend également à pondérer certains résultats : On sait par exemple que différents phénomènes dont l’accoutumance peuvent intervenir. «De nouveaux résidents auront beaucoup plus de mal à supporter une odeur de biogaz ou de déchets frais comparativement à des résidents connaissant la problématique depuis plusieurs années».

Dans certaines études telles que les comités de riverains, on vient d’ailleurs quantifier le seuil de perception individuel de chaque résident afin d’intégrer un facteur de pondération entre les personnes dîtes hypo et hyper-sensibles.

Il liste quatre dimensions pour aborder adéquatement les odeurs :

1 – La concentration odeur en unité odeur par mètre cube ;

2 – L’intensité odeur sur une échelle de 0 à 10 ;

3 – La qualité odorante, ou l’appellation de l’odeur : par exemple « déchets frais », lixiviation, compost, biogaz, etc. ;

4 – Le ton hédonique, ou le degré d’appréciation des odeurs, plaisantes ou déplaisantes (unique dimension considérée légalement comme subjective).

Team of professionals are following many features among weather data conditions during sampling

Durant leurs campagnes, les équipes d’OlfactoExpert suivent un très grand nombre de paramètres afin d’assurer un contrôle de la Qualité irréprochable

Considéré comme un expert légal en olfactométrie dans de nombreux pays depuis 2006, Yann Contratto explique que les odeurs sont bien souvent une question juridique plus que technique. Parce que la présence trop fréquente d’odeur peut affecter la valeur de votre maison, le nombre annuel de recours collectifs augmente sans cesse. En fait, il dit qu’ils ont multiplié par trois chaque année pour les quatre dernières années aux États-Unis. Voilà pourquoi ses services sont devenus si précieux.

La quantification des odeurs est une nouvelle approche scientifique qui a enfin trouvé ses paramètres optimums pour fonctionner efficacement. «Il y a encore 10 ans, les niveaux d’erreurs commises étaient très importants» indique M. Contratto en se rappelant ses premiers pas chez un grand fabricant d’olfactomètres et de nez électroniques, «mais fort heureusement les outils se sont modernisés et tout à changé à un tel point qu’on peut désormais trier le vrai du faux très facilement lors d’un procès».

Les outils développés par OlfactoExpert sont capables d’enregistrer des seuils très précis de concentration d’odeur, de façon tout à fait semblable à des décibels pour mesure des sons. En utilisation des matériaux ultra-spécifiques dignes d’une salle d’opération, l’équipe d’OlfactoExpert peut mesurer les émissions surfaciques de liquides ou de solides en fonction par exemple de leurs différents types de recouvrements temporels, mais pas seulement, d’autres outils permettant également d’échantillonner des cheminées comme la torchère de biogaz (pour déterminer son efficacité), et même des fuites si nécessaire.

Il a toutefois fallu du temps pour que ces méthodes soient acceptées et reconnues. «Nous devons continuellement éduquer nos clients ainsi que certains tribunaux que les outils sont fiables, » reconnaît M. Contratto qui considère son rôle avec beaucoup de pédagogie. «Rares sont les spécialistes suffisamment compétents à ce niveau pour pouvoir donner des conseils. Vous devez bien connaître la chimie autant que vos mathématiques». Bien qu’il considère son marché comme une véritable niche, il explique que le volume d’affaires est en constante croissance et même en expansion dans d’autres industries, telles que l’agriculture, l’industrie automobile, les eaux usées, et ce type d’usines.

Il explique que si vous suivez ses recommandations, des réductions des émissions de l’ordre de 40% sont possibles rapidement. Ses suggestions peuvent inclure le recouvrement avec du sable ou d’autres matériaux pour réduire l’impact sur les voisins, de limiter certaines surfaces d’opérations, ou encore d’ajuster certains fonctionnement durant des heures ou des conditions météorologiques spécifiques (tenant compte des vents dominants par exemple).

Attention cependant à sa mise en garde : « La plupart des gestionnaires font la même erreur et ils se contente de faire confiance à des vendeurs de produits prétendus neutralisants. Or l’immense majorité de ces produits sont des agents masquants qui empire la situation et ne permettent en rien de garder le contrôle» explique clairement M. Contratto. Pour cette raison, «OlfactoExpert n’embauche que des experts, techniciens et ingénieurs qui se contenteront de faire des recommandations claires sur les actions à mener, les procédés à installer ou les pourcentages d’abattement à obtenir pour améliorer la situation, mais en aucun cas OlfactoExpert ne fera de recommandations pour un produit spécifique, ces derniers pouvant énormément varier d’une situation à un autre, même pour un même type de site».

Flare gas & odor analysis and monitoring

Efficacité d’une torchère de biogaz

Sampling en tête de puit

Détection de fuite de biogaz

 

 

 

 

 

 

http://foresternetwork.com/…/ms-l…/dont-be-a-nasty-neighbor/